Exposition "La Chine s'est Réveillée. Entre consommation et traditions"

Expo "La Chine s'est Réveillée. Entre consommation et traditions"

Par Michel Colin

Vernissage le vendredi 18 janvier à 19h
Entrée libre

Exposition visible du mercredi 16 janvier au samedi 16 février 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

45 ans après le fameux « Quand la Chine s’éveillera » d’A.Peyrefitte, j’ai voulu mettre en avant l’évolution de la société Chinoise et en particulier celle des classes moyennes qui après la « longue marche » de leurs ainés aspire désormais à profiter des loisirs et du tourisme.

Cette exposition retrace en image le parcours de la route du thé dans la province du Yunan pour terminer au Tibet.

Avide de consommation les classes moyennes s’affichent avec ses SUV, et ses smartphones, encouragé par le pouvoir central qui voit ici un relais de croissance interne pour compenser un ralentissement tout relatif (6.9% en 2017).

Malgré cela, les traditions restent fortes et s’affichent en toute liberté dans les lieux publics, rien que dans la province du Yunan on ne compte pas moins de 25 « minorités ethniques » selon l’expression des autorités dont les Bai et les Naxi. Séances photos, vidéos, danses en costume traditionnels sont courantes dans les parcs urbains.

Cependant le contraste reste très fort entre les citadins et les ruraux, ces derniers vivants encore dans des conditions souvent très précaires, la faucille et le fléau restent encore utilisés et les tracteurs datent d’un autre âge.

Dans la « province autonome » du Tibet on observe le même phénomène, les habitants restent très attachés à la pratique du Bouddhisme, surtout qu’après avoir détruit de nombreux  temples lors de la mise « sous tutelle » de 1949 les autorités ont lancé un vaste programme de restauration et les moines n’ont jamais été aussi si nombreux. Chaque année de nombreux pèlerins se rendent à Lhassa pour aller prier au Palais du Potala demeure des Dalai Lama, il n’en demeure pas moins de nouveaux consommateurs et Alexandra David- Neel ne reconnaitrai plus son vieux Lhassa désormais envahi par les centres commerciaux et les enseignes lumineuses.

Loin d’être exhaustive cette sélection se veut représentative de l’évolution  du mode de vie au sein d’une province Chinoise, reste que les dernières dispositions très restrictives prisent par le pouvoir central n’incite guère à l’optimisme quant aux libertés individuelles.